A quoi correspondent les cycles métonique et callipique ?

Le "cycle métonique" rend compte de façon approximative des correspondances entre l'année solaire et l'année lunaire. Le "cycle callipique" est une mesure encore plus précise.

L'année solaire, dite "année tropique", est le temps que met le Soleil, vu depuis la Terre, à retrouver la même position (l'équinoxe) dans le ciel. Le "mois sidéral" est le temps que met la Lune, vue depuis la Terre, à retrouver la même position parmi les étoiles de la sphère céleste. Cependant, comme l'orbite de la Lune autour de la Terre et l'orbite de la Terre autour du Soleil sont indépendantes, des complications s'ensuivent.

La raison pour laquelle la Lune connaît différentes phases est que, depuis la Terre, nous voyons la partie de la Lune éclairée par le Soleil. Les angles changent au fur et à mesure que la Lune évolue sur son orbite. Donc l'apparence de la Lune dépend de sa position par rapport au Soleil et à la Terre. Comme la Terre tourne autour du Soleil, il faut plus d'un mois sidéral (c'est-à-dire un tour complet) pour que la Lune retrouve la même position par rapport au Soleil. Cette période plus longue est appelée "mois synodique" ou mois lunaire.

Une année de 12 mois synodiques compte en moyenne environ 354 jours, soit 11 jours de moins que les 365 jours de l'année solaire. Donc à peu près tous les trois as, un treizième mois synodique doit être ajouté au calendrier. L'astronome grec Méton d'Athènes formula cette relation entre les mois synodiques et l'année tropique en 432 av. J.-C. Il remarqua qu'ne période de 19 années solaires correspondait presque exactement à 235 mois lunaires, soit environ 6940 jours.

Au cours du siècle suivant, Callippe imagina le cycle callipique. Cette mesure plus précise s'obtient en ôtant un jour à quatre cycles métoniques, ce qui crée un cycle de 76 ans avec une année moyenne de 365,25 jours.

Les cycles métoniques et de Callippe sont les clefs pour étavblir des calendriers lunaire et solaire sur le long terme. Le cycle de 19 ans se rapproche également du cycle des éclipses, et peut potentiellement servir à prédire les 4 à 5 éclipses qui se produisent pendant cette période. Cependant, les Grecs avaient connaissance de cycles d'éclipses plus précis.

Pour en savoir plus : [1], [2]

References

  1. The Metonic and Callippic Cycles,
    Fotheringham, J. K.
    , Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, Volume 84, p.10, (1924)
  2. Greek and Roman Chronology: Calendars and Years in Classical Antiquity,
    Samuel, Alan Edouard
    , p.307, (1972)